Environnement

Sous-catégories

  • Cyanotoxines

    Les Cyanotoxines sont des métabolites synthétisés par des bactéries de l'embranchement des Cyanobacteria. Ce type de bactéries photosynthétiques se retrouve naturellement dans les écosystèmes aquatiques.

    L'Eutrophisation des Lacs et Rivières, soit l'augmentation de la concentration en Azote et Phosphore de ces milieux, résulte en une prolifération importante de ces Cyanobactéries se servant de ces composés comme substances nutritives tout comme les plantes. Une eau est dite contaminée si le nombre de cellules par millilitres est supérieur à 20 000 cellules. Présentes en abondance, elle peuvent subir un stress de type environnemental ou d'adaptation conduisant à la biosynthèse de Cyanotoxines comme les Microcystines. C'est lors de la mort ou de la lyse cellulaire que ces toxines sont libérées dans le milieu extérieur.

    Les différentes cyanotoxines sont classées soit en fonction de leur mode d'action soit en fonction de leur structure tels que les Hépatotoxines (Microcystines, Nodularines, Cylindrospermopsine), les Neurotoxines (Anatoxines, Saxitoxines, BMAA). Les risques de contamination par la consommation d’eau ou lors de la baignade et activités nautiques sont règlementés en France pour les Microcystines. Lorsque les espèces productrices d'autres toxines sont présentes, le dosage des autres toxines est conseillé. 
     

    Novakits propose des Tests Rapides ELISA et des Tests Rapides Terrains pour vous permettrent de qualifier vos échantillons d'eau en Cyanotoxines ainsi que des Standards en Poudre ou Solution certifiés pour calibrer votre chaîne HPLC.

  • Pesticides

    Les pesticides sont des auxiliaires de culture utilisés pour lutter contre des organismes considérés comme nuisibles : fongicides, insecticides, herbicides… Leur transfert dans les eaux et l’environnement fait l’objet d’attentions particulières et leur taux maximal admissible dans l’eau potable et les produits comestibles sont réglementés.

  • Médicaments / Marqueurs

    L’impact de l’homme sur le milieu peut être évalué en quantifiant des marqueurs anthropiques spécifiques d’origine organique différents de ceux pouvant avoir également une origine naturelle.

  • Hormones

    Les estrogènes et composés similaires rejetés dans l'environnement interfèrent avec le système hormonal de la faune sauvage et induisent des réponses féminines chez les mâles et les juvéniles de certaines espèces. Ces perturbations endocriniennes peuvent modifier la ratio mâle / femelle, la fertilité voire menacer l'avenir de l'espèce sensible.

  • Résidus chimiques

    L’activité humaine industrielle entraîne une migration dans l’environnement de molécules pouvant avoir des effets néfastes pour l’Homme et le biotope. Pour en maîtriser les conséquences, il est important de les suivre et de les maîtriser.